Àl’école maternelle Louise-Michel, à Soissons, il n’est jamais trop tôt pour utiliser ONE. Depuis 2015, le réseau éducatif renforce le lien entre l’école et les familles, en même temps qu’il répond à plusieurs objectifs pédagogiques du cycle 1.

À Soissons, dans l’Aisne, la mairie soutient le projet numérique des écoles de la ville en fournissant l’espace numérique ONE depuis plus de trois ans. L’école maternelle Louise-Michel, en éducation prioritaire, a rapidement identifié l’opportunité de mieux impliquer les parents de ses petits élèves. « L’enseignant doit prendre en compte l’environnement proche de l’élève et doit aussi tenir compte de la relation qu’il construit avec les familles. ONE a permis de créer un climat de confiance, d’expliciter notre façon d’enseigner auprès des parents », commente Karine Dumay, directrice de l’école maternelle.

Pour engager les parents et s’assurer de réduire la fracture entre les familles concernant l’équipement en outils numériques, l’école a organisé une réunion spécifique à la rentrée et mis en place un espace parent au sein de l’établissement. Les familles ne pouvant pas se connecter à la maison ont pu ainsi s’informer avec ONE au même titre que les autres. « Les parents peuvent consulter ONE au sein de l’école. Nous avons également communiqué sur son intérêt dans le parcours scolaire de l’élève, notamment au collège, où beaucoup de données vont transiter via un espace numérique », poursuit la directrice.

Consolider les liens au sein de la communauté éducative

 

Pour l’équipe éducative, qui alimente l’espace de manière régulière, les parents se révèlent mieux informés sur les apprentissages attendus en maternelle et deviennent des partenaires éducatifs dans les enseignements fondamentaux. « Je me sens plus impliquée par rapport au développement de mon enfant. On a aussi un contact plus facile avec la maîtresse grâce à la Messagerie », corrobore Lucie, représentante des parents d’élèves. « Avec ONE, j’ai appris que ma fille savait déjà compter et chanter des chansons entières », raconte une autre maman.

À l’école Louise-Michel, les parents se sont vite aperçus que l’espace numérique facilitait les échanges avec les enfants à la maison. « Grâce à ONE, j’apprends beaucoup sur la vie en classe de mes filles. La plus jeune, en moyenne section, ne me racontait pratiquement rien. Quand on se connecte et que je lui montre ce qu’elle a fait, ça déclenche ses souvenirs », nous explique Tiphany. Pour Natacha, également représentante des parents d’élèves, ONE consolide même les relations intergénérationnelles : « Ma mère s’intéresse beaucoup à la scolarité de mes enfants. Elle vient le weekend et on se connecte sur l’ENT. Elle peut ensuite chanter avec eux, lire les histoires… On a l’impression que les mamies et les papis sont avec nous et participent avec nous ».

Pas d’âge pour des usages pédagogiques en classe

 

À l’école Louise-Michel, le réseau éducatif est aussi utilisé en classe pour participer à l’apprentissage des compétences langagières : s’exprimer à l’oral ou à l’écrit, converser, acquérir plus de vocabulaire, adopter une bonne syntaxe… C’est également un premier pas vers un usage autonome des outils numériques. Les enfants apprennent à publier et partager des contenus multimédias en ligne, et développent une culture numérique, qui sera ensuite étoffée à travers les apprentissages en cycle 2.

Dans cette optique, l’équipe éducative prend d’ailleurs le temps de construire des parcours suivis en cycle 1, permettant de retracer années après années les progrès de chaque élève. Après la maternelle, ces références, transférées à l’équipe enseignante de cycle 2, suivent les enfants. L’idée ? Faciliter le plus possible l’entrée au CP des élèves de cycle 1. La boucle est bouclée !

Quelques exemples d’usages :

usages maternelle 3

Propos recueillis par le Réseau Canopé.