Nouvel utilisateur ONE ou pas, vous êtes nombreux à vous interroger sur les responsabilités de chacun sur le réseau social éducatif. L’occasion de dresser un récapitulatif du cadre réglementaire en vigueur sur votre ENT.

S’il faut le rappeler, sachez que ONE est un espace entièrement sécurisé et réservé à la communauté éducative. Seuls les élèves, les enseignants, les parents d’élèves et personnels des établissements scolaires obtiennent des identifiants de connexion. L’idée ? Permettre à chaque école de rassembler sa communauté, échanger et donc renforcer le lien social local.

Par défaut, la communication sur la plateforme se limite à l’échelle de l’école et les droits de communication, entre utilisateurs, diffèrent selon le type de profil de ces derniers. Ainsi, un élève ne peut, par exemple, communiquer qu’avec les élèves de sa classe, son enseignant et sa famille. Ces règles peuvent être modifiées, sur demande, pour répondre à des projets pédagogiques (des projets entre plusieurs classes, avec une autre école, voire même avec un collège dans le cadre du cycle 3).

Parametrege.Communication.ONE_1

Un réseau 100 % sécurisé

 

Les données personnelles contenues dans l’ENT sont celles qui sont chargées à la création des comptes ou que vous renseignez vous-même dans votre profil. ONE héberge ces données personnelles, mais n’en fait aucune autre utilisation. Nous ne vendons, ni ne louons aucune de vos données personnelles. D’ailleurs, 90 jours après la fermeture d’un compte, les données sont automatiquement et définitivement supprimées. En attendant, celles-ci sont hébergées dans un datacenter, à Roubaix, qui répond à la législation française.

Et ce n’est pas tout côté législation. ONE respecte le Schéma Directeur des Espaces numériques de travail (SDET) et l’acte réglementaire unique CNIL RU-0003, qui encadre le traitement de données à caractère personnel. La solution est également conforme au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Enfin, il faut savoir que l’ENT n’affiche aucune publicité. Payant, ONE tire, en effet, ses revenus des commandes effectuées par les établissements scolaires ou les collectivités.

Un système de modération “comme dans la vraie vie”

 

L’accès sur ONE s’opère uniquement via un identifiant qui prend la forme : prénom.nom. L’anonymat est donc impossible ! Toutes les informations de navigation sont conservées et consultables. Les éléments sont systématiquement tracés et engagent la pleine responsabilité de l’utilisateur. En cas de débordement, et comme sur les réseaux sociaux les plus populaires (Facebook, Twitter, Instagram…), c’est aux utilisateurs de signaler un contenu, qui leur est partagé, lorsque celui-ci leur semble inapproprié.

Sur ONE, chacun a, en effet, la possibilité de signaler une notification depuis son Fil de nouveautés. L’information remonte ensuite à l’administrateur local de l’établissement, qui pourra identifier l’utilisateur et bloquer son compte si cela lui semble nécessaire. À noter que l’enseignant ne peut pas être considéré comme légalement responsable de tous les échanges sur l’ENT, pour la simple et bonne raison qu’il lui est impossible d’accéder à l’ensemble des contenus.

TEMOIGNAGE

« Le côté réseau social de ONE est intéressant. On se retrouve parfois avec des élèves en cours préparatoire qui ont déjà des comptes Facebook en toute inconscience des parents. ONE permet d’aborder un travail de sensibilisation aux réseaux sociaux et à la citoyenneté numérique, en toute sécurité, puisqu’il est limité au cadre de l’école.

Lorsqu’on met en place l’ENT, nous faisons signer une charte d’utilisation pour les élèves et une charte pour les parents. On explique bien ce qu’on a le droit de faire, ce qu’il ne faut pas faire, le respect à la personne, les règles de communication, etc. Cette charte est signée par chacun et indexée au règlement intérieur de l’école.

Il y a trois ans, à l’époque des attentats, un enfant a changé son avatar pour mettre une kalachnikov. Il avait juste trouvé ça amusant, provocateur. Il n’y avait aucune arrière-pensée car, il n’avait pas pris conscience de ce qu’il faisait. Ça a permis une mise au point d’éducation à la citoyenneté, sur l’image que l’on donne, les conséquences et les répercussions qu’il peut y avoir quand on n’y fait pas attention. C’était un dysfonctionnement profitable pédagogiquement. »

Christian Klein, chargé de mission TICE, Académie Nancy-Metz

 

Une charte pour rappeler les bonnes pratiques

 

Certains préceptes sur l’utilisation du service doivent donc être clairement énoncés dès le début d’année. Une charte d’utilisation à l’usage des parents est notamment disponible dans la Boîte à outils. Elle stipule qu’en signant la charte, un parent s’engage à assumer la pleine responsabilité de ce que lui/elle et son enfant écrivent sur l’ensemble des applications de l’ENT.

Les enfants ont aussi droit à leur charte. Avec des mots plus simples, accompagnés d’un discours de sensibilisation, on leur explique qu’ils ne peuvent en aucun cas se connecter avec les identifiants d’un autre élève, ont l’interdiction d’écrire des bêtises ou des gros mots, mais doivent, bien évidemment, respecter les autres sur l’espace numérique.

charte