Dans le Tarn, Pierre Clot, Conseiller Pédagogique Départemental (CPD) aux usages du numérique, est à l’origine d’une initiative originale, le projet Écrivains Reporters en Herbe. Lancé il y a cinq ans, le projet rassemble aujourd’hui une vingtaine de classes de France et de Colombie. Du Tarn à l’international, zoom sur un projet qui unit les élèves autour de l’art et de la culture…

Dans le cadre d’une participation au festival local de films documentaires, Echos d’ici, Echos d’ailleurs, Pierre Clot, CPD aux usages du numérique dans le Tarn, imagine en 2013 le projet Écrivains Reporters en Herbe. L’idée ? Fédérer un réseau de plusieurs écoles autour d’un projet artistique lié au festival du film documentaire et mêlant photographie, rédaction littéraire et production numérique.

Si au départ huit écoles avaient accepté de se lancer, une vingtaine d’écoles participe aujourd’hui à la 5e édition d’Écrivains Reporters en Herbe. Et pour relier chacune d’entre elles, ONE est toujours l’outil le plus privilégié. C’est d’abord à travers ONE que Pierre Clot lance chaque année son appel à projet. Pour les classes participantes, s’en suit alors une entrée tout en douceur, grâce notamment à la distribution, dans l’espace numérique, d’un kit de présentation du projet et de documents explicatifs rassurants (sur le droit à l’image par exemple).

Comment se déroule ce projet collaboratif ?

 

Pierre Clot, chef d’orchestre de cette communauté, poste tout au long de l’année des missions sur un Blog dédié, et invite les classes à relever les défis. Cette année, les missions sont les suivantes :

Mission 1 : commentaire sur un ouvrage littéraire bien choisi, autour des valeurs d’ouverture aux autres et de tolérance. Les classes commentent et décrivent leur ressenti. Chaque classe peut ensuite donner son avis, via les commentaires du billet de blog, sur les références culturelles citées par d’autres classes. Les échanges fusent !

Mission 2 : maintenant que le décor est planté et que les classes ont échangé sur ce sujet introducteur, place aux présentations. Tour à tour, chaque classe décrit son univers, son école ainsi que sa région avec photos à l’appui.

Pereira Tarn

(Cliquez pour agrandir)

Mission 3 : introduction au festival Échos d’ici, Échos d’ailleurs par la publication de la vidéo de présentation du festival du Tarn. La consigne ? Après avoir visionné en classe un court-métrage d’animation inédit, réalisé par Jean-Pierre JEUNET, chaque classe doit restituer une production “à la manière de l’artiste”. Vidéos artistiques, enregistrements sonores, chaque création est ensuite commentée par les élèves.

Les CM2 de l’école de Labastide de Rouairoux ont par exemple choisi de créer une bande-annonce sonore aux allures théâtrales. Celle-ci fait intervenir plusieurs élèves qui miment les intonations du court-métrage original. Et les autres CM2 de commenter : “C’est cool l’histoire ! Les voix des animaux étaient rigolotes ! J’ai aimé que les « animaux » jouent en même temps qu’ils parlent. Nous avons aimé les différents accents, les différentes intonations des personnages.​”

Chaque année, le festival accueille plusieurs classes du département et les productions, réalisées à l’issue de ces rencontres, sont valorisées à travers une exposition l’année suivante.

Ecrivains_reporters_en_herbe from Centre Tice 81 on Vimeo.

Un projet qui fait l’unanimité

 

Outre la valorisation des productions lors du festival, les élèves sont aussi stimulés par l’aspect collaboratif rendu possible par ONE. “Ce qui est rigolo, c’est que maintenant, dès qu’ils font un cahier multimédia ou un blog, les enfants me les partagent tout de suite. Ils le font avec beaucoup de fierté ! ”, raconte Pierre Clot.

Ce projet s’inscrit dans le programme pédagogique de l’année et est l’occasion pour les enseignants de faire travailler leurs élèves sur la présentation de contenus, d’inciter à la production d’écrits sous forme diversifiée, de donner envie de lire en mobilisant des œuvres de la littérature contemporaine et de sensibiliser à l’art photographique. “L’ambition en plus : permettre aux élèves de différentes écoles, régions, pays, de se rencontrer, et bien sûr de les sensibiliser à l’art et la culture”, poursuit le CPD. En outre, la responsabilisation dans l’usage des outils numériques est réelle et favorise le “vivre ensemble”.

“Ce qu’on apprécie sur ONE pour nous enseignants, c’est la simplicité et l’ergonomie du produit.”

Du numérique au réel

 

Certaines écoles ont engagé, en plus du projet, une correspondance à travers l’ENT, d’élève à élève. C’est notamment le cas de cette classe de Colombie, qui a répondu présent à l’appel à projet lancé par Pierre Clot et qui a échangé avec une classe en particulier dans le cadre du projet. Les deux classes ont organisé un échange dans les pays respectifs, à la plus grande joie des élèves. C’est la classe de Pereira qui viendra en France la première dans les mois à venir. “Le numérique se traduit par de véritables relations humaines qui se concrétisent et nous sommes très satisfaits” conclut Pierre Clot.

Finalement, le projet Écrivains Reporters en Herbe ravit les élèves comme les enseignants. Il touche même un public plus large, puisque, même au niveau de la circonscription et des conseillers pédagogiques, l’utilisation de ONE a augmenté dans le cadre du projet. En effet, des conseillers pédagogiques ont commencé à s’approprier l’outil pour lancer leurs propres projets, ainsi que des équipes de circonscriptions. “C’est vraiment révélateur car jusqu’à présent, l’usage du numérique était réservé aux spécialistes alors que là, on est vraiment en train d’inverser les choses ”, commente Pierre Clot.