À l’école Jean De La Fontaine à Hussigny-Godbrange, situé en Meurthe-et-Moselle, on utilise ONE depuis la rentrée 2018. Virginie Tomc, directrice et enseignante de grande section de maternelle, nous raconte comment s’est déroulée la prise en main du nouvel outil par ses collègues. Elle détaille sa stratégie (efficace !) pour communiquer avec les familles et décrit, avec passion, la création d’un véritable livre audio, par ses élèves de grande section de maternelle. Interview.

L’équipe ONE : Vous utilisez ONE depuis seulement quelques mois. Comment s’est déroulé la prise en main de votre nouveau réseau éducatif ?

IMG_3018Virginie : On a mis en place ONE pour nos huit classes, de la petite section de maternelle à la classe de CM2. Tous les enseignants l’utilisent déjà, mais à différents niveaux. Chacun se l’approprie plus ou moins avec ses élèves et ça se met en place progressivement. Je trouve ONE hyper pratique, vraiment simple et intuitif. Par rapport à d’autres outils, je trouve qu’il offre des possibles, pour la différenciation et pour beaucoup d’autres choses. C’est hyper intéressant pour nous enseignants.

 

 

Et quelle est la stratégie numérique de votre école, notamment au sujet de la communication avec les familles ?

On n’utilise plus que ONE ! Pour toute la communication, il n’y a plus de format papier. Je suis directrice de l’école, donc toutes les informations que je dois faire passer aux parents, sur les manifestations, la vie de l’école, les comptes-rendus, les conseils d’école, absolument tout passe par l’ENT. Je transmets ces informations via le Carnet de liaison. Après chaque classe utilise aussi la Messagerie. Tout passe par ONE.

Et concrètement, comment avez-vous mis en place cette stratégie ?

On en a parlé aux parents pendant les réunions de rentrée. On a remarqué ensuite que tous les parents ne se connectaient pas. J’ai donc refais passer un mot papier, en précisant bien que, s’ils avaient besoin d’aide, il ne fallait pas hésiter à venir nous voir. Au bout d’un mois, certains parents avaient encore un peu de mal à se connecter. On a donc communiqué à nouveau pour expliquer notre parti-pris, en placardant des affiches sur les murs de l’école. On leur a annoncé que, de toute façon, on ne transiterait plus que par ONE et qu’ils devaient se connecter. Nous avons précisé que l’école ne serait pas tenue responsable si les parents n’étaient pas informés. À partir du moment où on a décidé de ne plus utiliser de papier, on était obligé d’inciter les parents à se connecter. Et ça a marché !

Avez-vous d’autres usages pour faciliter la communication entre toute la communauté de votre école ?

J’ai réussi à intégrer une association de parents d’élèves sur ONE. Ils gèrent un Blog et peuvent tenir la communauté informée des activités de leur association directement depuis l’ENT. Maintenant, j’aimerais bien intégrer la mairie, pour communiquer plus facilement sur les temps périscolaires et les manifestations qu’ils proposent. Pour l’instant, la mairie nous envoie des mots et on les fait transiter aux parents, mais j’aimerais bien que la mairie soit parti-prenante dans l’ENT. S’ils avaient un Blog ça serait plus simple. J’y travaille…

J’imagine que vous utilisez aussi ONE en classe. Quelles applications utilisez-vous généralement ?

J’ai un niveau de grande section de maternelle, donc j’anime un Blog de classe. Je poste des billets environ deux fois par semaine, pour montrer ce qu’on fait vraiment dans la classe. Mes collègues l’utilisent davantage du CE2 au CM2. Elles font beaucoup de Cahiers multimédias, où elles intègrent des exercices Learning apps. Elles créent des cahiers de vacances, s’en servent comme travail préparatoire, etc. Moi, j’ai utilisé le Cahier Multimédia pour fabriquer un livre numérique avec les élèves. Ils l’ont manipulé du début à la fin, ils ont pu tout faire ! Maintenant, j’essaie d’inciter mes collègues à faire la même chose. Si je le fais avec les grandes sections, elles peuvent aussi faire créer des cahiers à leurs élèves. Par exemple, l’application est parfaite dans le cadre d’un exposé. Elles peuvent leur faire intégrer des photos, ajouter très facilement du texte ou des sons.

Texte

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce livre numérique créé par vos élèves ?

J’ai travaillé sur un album avec ma classe de 24 élèves. On l’a bien décortiqué ensemble, puis j’ai divisé la classe en quatre groupes et scindé l’album en quatre parties. J’ai attribué une partie à chaque groupe. L’un après l’autre, chaque groupe a réécrit sa partie avec ses propres mots d’enfant. Ils regardaient les images de l’album et j’écrivais au fur et à mesure ce qu’ils me proposaient. Après, nous avons recréé le décor de l’album et j’ai imprimé les petits personnages de l’histoire. Les élèves installaient le décors, y plaçaient les personnages et prenaient une photo de la scène. Chaque élève a ensuite intégré la photo dans le Cahier Multimédia sur ONE. En parallèle, chacun a aussi appris une partie du texte réécrit et s’est enregistré sur le dictaphone, avant de les ajouter sur les photos dans le cahier. Ça donne un petit album de 24 pages. Lorsqu’on clique, on entend la voix des élèves qui racontent l’histoire avec leurs propres mots. C’était chouette, j’ai bien aimé !

Photo ours

C’est vraiment une belle idée ! Projetez-vous de réaliser d’autres usages pédagogiques à l’avenir ?

J’aimerais bien refaire un livre numérique, dans un format proche du documentaire. Nous allons visiter un château à la fin de l’année. Tout n’est pas encore arrêté, mais j’aimerais beaucoup faire un travail en amont avec les élèves sur la thématique des châteaux. On pourrait intégrer dans un Cahier multimédia un lexique, une comptine, des photos de la visite, etc.