Directrice de l’école de Reims, polyvalente en Réseau d’Éducation Prioritaire (REP) dans le 17e arrondissement de Paris, Malika Nessah débute sa troisième année d’utilisation de l’espace numérique des écoles primaires. Elle nous livre son point de vue sur l’impact de l’ENT sur ses tâches administratives, les échanges avec les familles et la collaboration avec les équipes éducatives. 

L’école de Reims utilise Paris Classe Numérique, le projet ENT porté par la Ville de Paris et édité par Open Digital Education. Il se décline en deux interfaces, une pour les écoles primaires et une autre pour les collèges, au sein d’un même réseau éducatif.

Quels sont vos usages sur l’espace numérique en tant que directrice d’une école polyvalente qui compte près de 300 élèves ?

L’ENT a été pour moi une vraie chance. Il a divisé mon travail administratif par deux ! En début d’année, nous avons énormément de documents à distribuer aux parents. C’est extrêmement chronophage. Je me suis donc tout de suite intéressée à l’aspect communication de l’ENT, notamment la Messagerie. Actuellement, nous avons une messagerie rectorat, une messagerie Mairie de Paris, sans parler des messageries personnelles. J’ai rapidement demandé aux familles et à l’équipe éducative, dans les échanges que nous aurions à l’avenir, à privilégier l’ENT. Je l’ai d’abord fait sur le mode du volontariat, mais, cette année, c’est une obligation. C’est-à-dire que je ne réponds plus à aucune sollicitation qui ne me parvient pas par la Messagerie.

« L’ENT m’a simplifié la vie et les familles sont informées au-delà du simple affichage sur façade. »

 

 Quels sont les avantages de la Messagerie selon vous ?

Avec la Messagerie, j’ai une trace écrite, ce qui n’était pas toujours le cas. La réponse est pratiquement dans l’immédiateté, donc les parents y gagnent aussi énormément en terme de temps. Je n’ai plus de documents qui s’égarent ou de demandes qui n’auraient pas été transmises. Là, j’ai tout et sans intermédiaire. Je suis même capable d’envoyer aux parents toute la communication qui concerne la Mairie de Paris. Plutôt que disposer quelques flyers de la ville sur le passage des parents, j’ai juste à scanner le flyer et à l’envoyer à l’ensemble des familles en deux clics. Je fais la même choses avec les temps forts de la Mairie du 17e arrondissement et ceux du rectorat. Aujourd’hui, l’ENT m’a simplifié la vie et les familles sont informées au-delà du simple affichage sur façade.

Vous leur communiquez aussi les temps forts de l’école, j’imagine…

Oui, j’utilise les applications Actualités et Blog. J’informe les familles que toutes les informations de l’école se trouvent dans l’ENT. Ils ont, par exemple, plus de visibilité sur les sorties programmées, ce qui permet de ne pas attendre la veille pour prévoir de nous accompagner. Et avec le partage de supports multimédias, les parents peuvent avoir une idée de ce qu’on fait à l’école. Je fais aussi un rappel du calendrier avec la Frise chronologique. Ils savent que les élections des parents d’élèves vont arriver la semaine prochaine, qu’il va y avoir le dépistage bucco-dentaire, etc. Je n’ai plus du tout besoin de faire ça sur des supports papier. Dans une grosse école sans secrétariat, c’était vraiment chronophage, donc je suis ravie d’avoir ce dispositif-là. Je gagne énormément de temps.

Image1

Exemple d’une Frise chronologique retraçant les temps forts d’une école.

« Nous organisons également, une fois par mois, des Cafés des parents. »

 

Et comment accompagnez-vous les parents dans l’utilisation de l’espace numérique ?

Depuis deux ans, la réunion avec les parents en début d’année est axée sur l’ENT. C’est toujours le cas parce que nous avons de nouveaux arrivants et que nous utilisons de plus en plus d’applications. Nous organisons également, une fois par mois tout au long de l’année, des “cafés des parents”, des rendez-vous dédiés à l’initiation à l’ENT pour les familles qui se sentent moins à l’aise. Nous avons une politique de “petits pas”. On ne leur fait pas tout découvrir. On commence par s’accorder, en équipe, sur les applications que nous sommes toutes et tous d’accord d’utiliser durant l’année. Nous disons aux familles que l’ENT est intéressant pour tout le monde puisqu’en se connectant, ils auront accès à telles et telles informations. Et puis, les parents savent qu’au collège, il y a également l’ENT et qu’il y aura une continuité. Notre école met les moyens en terme de formation, aussi bien avec les nouveaux parents que les nouveaux enseignants. Nous en avons chaque année et nous les faisons entrer tout de suite dans ce mode de communication.

Pouvez-vous justement nous parler de vos usages avec l’équipe éducative ?

J’ai un certain nombre de documents importants à diffuser aux enseignants. Tout ce qui concerne leur carrière, les demandes de congés, etc. Tout est sur l’ENT dans un dossier partagé dans l’Espace documentaire. J’utilise également la Frise chronologique comme emploi du temps. Ainsi, les enseignants savent à quel moment je suis présente dans l’école ou non. On a aussi ouvert un Blog participatif entre enseignants, pour partager les préparations en mathématiques. Chacun y place à l’intérieur les documents qu’il souhaite mettre en commun avec ses collègues.

« Ça va nous faire gagner énormément de temps et de papier. »

 

Le collège de votre réseau est également équipé de l’ENT. Avez-vous des projets d’échanges en ligne avec cet établissement ?

Oui, nous allons mettre ça en place cette année. Je vois beaucoup d’avantages pour les directeurs et chefs d’établissements à échanger via l’ENT. Ça va nous faire gagner énormément de temps et de papier. Je pourrais, en un seul clic, envoyer au chef d’établissement toutes les informations pour la constitution des classes, le suivi des enfants qui ont des besoins particuliers, etc. Il y a de nombreuses réunions chronophages que l’on pourrait éviter. Aussi, toute la liaison école-collège pourrait se faire avec des échanges entre nos anciens élèves en 6e et nos CM2 actuels, de telle manière que le passage de l’école au collège se fasse plus délicatement. On peut imaginer la mise en commun de supports pédagogiques avec les professeurs volontaires du collège et de l’école, comme un défi mathématiques par exemple. Il y a beaucoup de choses à faire avec l’ENT, on en est qu’aux prémisses !